De retour à Autres

Bronze représentant Sainte Marie-Madeleine

400,00

Bronze à patine brun-mordoré
représentant Sainte Marie-Madeleine

Description

Sainte Marie-Madeleine est à genoux et semble très affligée, ses cheveux décoiffés tombant sur ses
épaules.
Elle est seulement vêtue d’un drap noué par une corde à la taille (rappelant son titre de « Patronne des
Cordiers »), la couvrant à peine et laissant presque apparaître un sein, symbole de déchirement.
Plus généralement, la nudité dévoile une influence antique dans son rapport à la beauté et à la perfection,
mais révèle aussi la vérité intérieure et donc la fragilité de la chair, Marie-Madeleine étant l’image de la
beauté tentatrice.
Elle est représentée ici en pénitente, dans ses habits de prostituée, mais aussi en futur témoin de la
Résurrection du Christ.
Sa position affaissée évoque toute sa douleur face à la croix, Marie-Madeleine est en deuil après la mort
du Christ.
Elle présente dans ses mains la croix du Christ, et sur sa gauche se trouve un crâne pour memento mori
(« N’oublie pas de mourir ») afin de rappeler aux hommes qu’ils vont mourir et la vanité de leurs actions.
Fréquemment utilisé dans l’art chrétien, le memento mori est une invitation à se concentrer sur la
perspective de la vie après la mort car la mort peut survenir à tous les instants.
Marie-Madeleine est l’image du Salut par le repentir.

Ce bronze a été fondu d’après la sculpture d’Antonio Canova (1757-1822), un célèbre sculpteur
néoclassique italien, qui porte un fort intérêt au nu féminin aux poses abandonnées, très exigeant dans le
rendu des chairs et des drapés, tout en délicatesse.
Fonte d’édition ancienne, cachet de la fonderie Susse Frères sur la terrasse à droite, sous le crâne : « Susse
Frères Éditions Place de la Bourse, 31, Paris

D’après la Légende Dorée de Jacques de Voragine (XIIIe), Marie-Madeleine, après avoir accosté aux
Saintes-Maries-de-la-Mer et avoir évangélisé la région, aurait vécu la fin de sa vie en pénitence et prière
dans la grotte du Massif de Sainte-Baume (tradition Provençale du Xe siècle).
Le Pape Paul VI décrète en 1969 que Marie-Madeleine ne doit plus être fêtée comme pénitente mais
comme disciple. De ce fait l’Eglise catholique ne considère plus Marie-Madeleine comme une prostituée
repentie.
Il existe deux versions de Madeleine pénitente, la première réalisée vers 1794-96 est aujourd’hui
conservée au musée Sant’Agostino de Gènes, la seconde réalisée en 1809 est au musée de l’Hermitage à
Saint Petersbourg. Elles sont identiques à un détail près : dans la première version, Marie-Madeleine tient
la croix dans ses mains, cette dernière disparaissant dans la seconde version.
Notre bronze est donc réalisé à l’identique de la Madeleine de Sant’Agostino, version très rarement
utilisée, au profit de la seconde version.
En comparaison de ses nombreux sujets mythologiques, les œuvres religieuses de Canova sont plutôt
rares, celle de Madeleine pénitente étant la plus célèbre. Pour celle-ci il s’est inspiré du tableau du

Caravage Madeleine pénitente, peint en 1597, et qu’il a certainement vu à Rome. La posture de Marie-
Madeleine est très semblable, pleine d’humilité et en même temps de tristesse comme si elle se trouvait

sur le Golgotha face au Christ.
En 1798, la sculpture est vendue à un politicien italien, Giovanni Sommariva, proche de Napoléon, qui
créa dans sa maison à Paris une pièce spécifique pour y déposer sa nouvelle acquisition, « moitié boudoir,
moitié chapelle » comme l’a écrit Francis Haskell.
Sommariva la fera exposer en 1808 au musée Napoléon, actuel musée du Louvre.
Cette exposition fit grand bruit, le christianisme ayant beaucoup souffert depuis la Révolution.
Exposer un travail contemporain d’un célèbre artiste dans un Salon officiel de l’Etat Français exprimait la
volonté de Napoléon de donner à la religion un nouveau rôle dans les affaires publiques.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bronze représentant Sainte Marie-Madeleine”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *